Assurance chômage emprunteur : avantages et inconvénients

Par Maxence Corolleur, le 2 mai 2022, mis à jour le 18 juillet 2022

L’assurance chômage de prêt immobilier est réservée aux salariés en CDI. En cas de licenciement économique, elle déclenche une indemnisation. C’est un moyen de maintenir la continuité du remboursement du prêt. Pour autant, le montant des indemnités couvre au maximum 80 % des mensualités. Alors, faut-il tout de même souscrire cette assurance perte d’emploi ? Faisons le point sur les avantages et inconvénients de l’assurance chômage.

Pourquoi prendre une assurance chômage emprunteur ?

La durée des emprunts immobiliers est longue. Se retrouver au chômage dans ce laps de temps est une possibilité. L’assurance perte d’emploi compense la baisse de revenus liée à la perte d’un emploi. Connaître le mode de calcul de l’UNEDIC et sa traduction concrète aide à comprendre l’importance de cette garantie.

Calcul de l’allocation chômage par l’UNEDIC

L’UNEDIC calcule l’indemnité à partir du salaire brut des 24 ou 36 derniers mois de travail. Elle applique le meilleur des deux résultats suivants :

  • 40,4 % du salaire journalier de référence (SJR) + 12,12 euros ;
  • 57 % du SJR.

Quel que soit le résultat, le salarié ne perçoit jamais moins de 29,56 euros (allocation minimum) ou plus de 75 % du salaire journalier de référence.

Exemple de calcul d’allocation chômage

Christian a 45 ans, il a perçu une rémunération brute de 33 000 euros au cours des 24 derniers mois. Son SJR est de 33 000/730 jours, soit 45 euros. L’allocation journalière retenue par l’UNEDIC est : 45 × 0,404 + 12,12 = 30,3 euros. Christian percevra une allocation chômage de 30,3 euros sur 30 jours, soit 909 euros par mois.

Allocation chômage et remboursement du prêt immobilier

La mensualité d’emprunt de Christian est de 650 euros. Avant de perdre son travail, ses revenus lui permettaient de rembourser son emprunt (salaire de 2 145 euros net). Avec l’allocation chômage de 909 euros, son reste à vivre ne sera que de 259 euros par mois. L’assurance chômage compensera la perte de revenus.

Avantages et inconvénients de l’assurance chômage

L’assurance chômage emprunteur est un système bien adapté au salarié en CDI. Les autres catégories de travailleurs en sont exclues. Si cette garantie présente deux principaux avantages, elle a au moins quatre inconvénients. Détaillons-les ici.

Les avantages de l’assurance perte d’emploi

Depuis 2016, le coût de l’assurance chômage entre dans le calcul du TAEG. C’est un avantage pour comparer les offres de prêt immobilier entre elles. La garantie perte d’emploi présente deux avantages supplémentaires : amortir les conséquences financières du chômage et pouvoir y souscrire en cours de contrat d’assurance.

Amortir les effets nocifs de la perte d’emploi

Une rupture de contrat de travail inaugure une période d’incertitude pour le salarié. L’assurance chômage emprunteur sécurise ses finances. Cette garantie lui permet de ne pas se poser de questions sur le remboursement du prêt immobilier. Le salarié peut concentrer ses efforts sur la recherche d’un nouvel emploi.

Souscrire à l’assurance chômage en cours de contrat

Aucune garantie n’est obligatoire lors de la souscription d’un contrat d’assurance emprunteur. Cependant, les garanties décès et PTIA sont fortement recommandées. Certains assureurs incitent également à prendre l’assurance perte d’emploi. Sachez que vous pouvez parfois y souscrire en cours de contrat d’assurance emprunteur.

Les inconvénients de l’assurance chômage

L’assurance chômage vise les salariés en CDI. En sont exclus les salariés en CDD, les intérimaires et les dirigeants d’entreprise. Si le coût de l’assurance chômage est élevé, nous avons choisi de présenter ici quatre autres inconvénients.

Une couverture uniquement en cas de perte d’emploi involontaire

L’assurance perte d’emploi ne fonctionne que lors d’un licenciement économique. La démission, la rupture conventionnelle et le licenciement pour faute grave sont des événements qui n’entrent pas dans les causes de déclenchement de la garantie.

Délais de carence et délais de franchise souvent longs

Chez certains assureurs, le délai de carence (pas d’indemnisation) s’élève à 12 mois. La période de franchise (déclenchement de l’indemnisation après le début des allocations chômage) diffère selon les assureurs. Chez certains, la franchise n’existe pas, chez d’autres, elle atteint 120 jours.

Plafonnement de l’indemnisation en cas de chômage

Le montant de l’indemnisation ne couvre jamais 100 % de la mensualité. Certains assureurs garantissent une couverture à 30 %, d’autres à 80 %. Le montant peut être fixe ou progressif (30 % les 6 premiers mois, 50 % les 6 mois suivants, 80 % les 6 derniers mois).

Période d’indemnisation à durée déterminée

La durée totale cumulée de l’indemnisation est souvent limitée. En pratique, la durée cumulée maximale est de 4 ans. Les assureurs proposent généralement 18 mois de garantie par période de chômage pendant la durée du prêt immobilier.

La garantie d’assurance chômage permet de conserver un bien immobilier en cas de licenciement. Si vous pensez y souscrire, consultez les pages suivantes :

WP Post Author